L’école et le développement de son QE (quotient émotionnel)

école quotient émotionnel développement des compétences gestion du stress quotient émotionnel
Si le QI est fixe, le QE est évolutif. Et oui, nous pouvons faire évoluer notre capacité à gérer nos émotions. Le cerveau se muscle. Alors êtes-vous prêt à apprendre ? Mais apprendre pour faire quoi ?

Premièrement, c’est un apprentissage qui se fait facilement et en douceur. Les bénéfices sont multiples :
1. le bien-être (les émotions agréables ou désagréables ont une influence sur notre moral),
2. la santé physique (le stress, consécutif à la colère, à la tristesse ou à la peur, a des effets négatifs sur notre santé physique),
3. la performance au travail ou à l’école (certaines émotions boostent les performances, d’autres les diminuent),
4. les relations avec les autres (certaines émotions rapprochent, d’autres éloignent).
Or, selon une étude menée par Moïra Mikolajczak et une mutualité belge, acquérir de bonnes compétences émotionnelles a des effets positifs sur ces 4 plans qui constituent notre vie :
• Un diminution très importante du stress de l’ordre de -20% à -40% a été constatée chez des individus qui avaient suivi une formation de 18h sur les compétences émotionnelles.
• Meilleures sont les compétences émotionnelles, moins de médicaments sont consommés, moins sont fréquentes les visites chez le médecin. Chaque pourcentage de compétence émotionnelle en plus réduit de 1% les dépenses en soin de santé.
• A compétences techniques et intellectuelles égales, les personnes qui ont de meilleurs compétences émotionnelles performent mieux.
• Meilleures sont les compétences émotionnelles, plus satisfaisantes et durables sont les relations avec les autres (meilleure qualité de la relation et diminution des conflits).
• Par ailleurs, l’inclusion d’un module de formation aux compétences émotionnelles à l’école aurait un effet bénéfique sur la société (diminution de 10% des dépenses en soin de santé et baisse du niveau de violence.
Quelques exemples pour comprendre :
Un adolescent prépare son baccalauréat. Il est plutôt bon élève mais plus à l’écrit qu’à l’oral. Depuis l’enfance, il n’aime pas se montrer ce qui a dicté un certain nombre de ces choix de loisirs, pas de concerts ou de compétitions qui obligent à se montrer devant les autres. Avec une séance pour apprendre à gérer ses émotions et se programmer pour réussir, l’oral se fait plus facilement et crée même de beaux résultats en termes de notations. Ce qui est acquis à ce moment-là va pouvoir ensuite se développer par l’entrainement et continuer à progresser poru son avenir professionnel.

Développer votre quotient émotionnel

Le patrimoine émotionnel ou neuronal est transmis de génération en génération. Depuis l’ère animal, nous avons stockés dans notre disc dur (cerveau) des informations liées à des situations vécues. Cela induit des réactions dans de nouvelles situations vécues qui réactivent des situations passées. Comme la madeleine de Proust, qui nous rappelle notre grand-mère, l’odeur de sa cuisine… mais cela marche aussi pour une odeur qui nous évoque une personne qui nous a agressé. Cela n’est pas toujours conscient mais c’est ce qui fait que l’on va aimer une personne, une situation ou au contraire elle va nous dégouté, nous faire fuir.

Nos émotions induisent nos mots mais aussi nos maux. J’ai été formé par un kinésithérapeute, un ostéopathe, un naturopathe…. Pour comprendre les médecins, praticiens et thérapeutes leur technique et leurs techniques de soin.

Si nos émotions induisent nos maux, la gestion de nos émotions peut permettre d’éviter ou de réagir plus tôt lors de la réception du message du corps. Ainsi apprendre à gérer ses émotions, c’est apprendre à devenir plus performant mais aussi se soigner avant d’être malade.

Cet ostéopathe parlait de maux du corps conséquence de situation vécues. Alors si cela peut nous rendre moins performant et malade, cela peut donc aussi nous soigner, nous permettre de nous améliorer, d’être plus performant et de réussir.

A ce stade, vous vous dites que c’est un peu fou. Tout le monde le serait, le ferait. Il y a 20 ans l’ostéopathie n’était pas connu. On ne savait pas si l’ostéopathe allait nous casser ou nous réparer. Aujourd’hui, on va voir l’ostéopathe avant d’aller voir son médecin généraliste car on a compris et expérimenté  l’efficacité et la rapidité de cette médecine non considéré comme tel mais reconnu comme thérapeutique.

Alors si la gestion de vos émotions, vous permettaient d’être plus efficace, plus rapide, plus serein. Si en musclant votre cerveau, vous deveniez plus libre, plus autonome pour réfléchir et agir. Nombreux sont les médecins qui savent les incidences des émotions sur leur patient mais cela n’est pas de la responsabilité de leur métier d’apprendre cela.

Un talent, c’est pour moi quelqu’un qui transforme ce qu’il a appris (métier, technique….) Que l’on soit boucher, informaticien, directeur administratif et financier…en tant qu’être humain on vit chaque jour pleins d’émotions. Certaines créent de belles inventions et ouvrent des possibilités infinies, d’autres ferment des portes et nous enferment un peu plus dans notre propre prison.

Alors êtes-vous prêt à vous libérer d’une situation qui vous ne convient pas, à être libre de faire ce que vous souhaitez.

Un exemple de réussite : Mlle A. vient en séance avec moi car elle a son permis mais elle est très stressée et ne s’autorise pas à conduire sans un membre de sa famille dans la voiture. Elle n’est pas libre donc d’aller ou elle veut et dépendante des contraintes et disponibilité des membres de sa famille. Une séance a permis de travailler sur le stress d’un accident passé et d’être libre de conduire seule, en ayant du plaisir et d’aller ou elle voulait.

Les conséquences dans son quotidien ont été multiples. Les plus surprenantes sont celles des choix qu’elle a fait ensuite pour ses études et ses loisirs qui n’étaient pas conditionnés à la distance à parcourir avec un membre de sa famille. Elle a ouvert de nombreuses possibilités pour elle.

 

 

Cela ne remplace pas la médecine qui soigne la maladie. Cela ne remplace pas les thérapeuthes qui procurent des soins en médecine diverses. Apprendre à gérer ses émotions, c’est faire de la prévention avec soi-même.

Etre performant, c’est gérer ses émotions pour être prêt à vivre certaines situations et les réussir.

Nous disons tous : « J’ai  réussi », quand on a réalisé quelque chose qui était important pour nous. J’ai réussi à prendre la parole en public, écrire…alors qu’il y a quelques années mon stress, mon manque de confiance en moi, la peur du regard des autres, l’estime de moi ne me permettait pas d’être libre de faire un certains nombres de choses. J’ai aussi accepté  que c’était un entrainement et que je m’améliorais sur les sujets décidées par moi un peu chaque jour. Je n’attends plus la douleur du corps, j’écoute mes émotions qui m’indiquent le chemin de la douceur. Pas besoin de maux, j’ai choisi d’utiliser les mots pour expliquer ce que j’ai compris le pouvoir des mots pour construire un chemin agréable, doux, efficace, serein .

gestion des émotions développement du quotient émotionnel

êtes-vous prêt à aller de l’avant plus vite?

Un exemple de réussite: En avant Guingamp, équipe féminine D1.

réussite foot EAG en avant guingamp

 

Je rencontre Sarah M’Barek, l’entraineur de l’équipe féminine. On convient de travailler ensemble et elle me fait part d’une difficulté à faire appliquer une stratégie qui normalement est connue et facile. Il s’agit de passer le ballon à sa co-équipière qui fait face au but quand la joueuse est dos au but. Ce problème, elle ne l’a jamais eu auparavant dans aucunes équipes et malgré les entrainements, elle n’arrive pas à la faire appliquer. Je comprends son problème et sa cause : l’équipe s’appelle « En avant Guingamp » et pas en arrière Guingamp. Les joueuses sont donc programmées pour jouer en avant (inconsciemment) et elles ont tendance à se retourner sur le pivot au lieu de passer le ballon ce qu’elles faisaient dans d’autres équipes.

Alors,  je propose un entrainement spécifique sur le terrain de 15 minutes : quelques exercices sans ballon pour conscientiser  l’intérêt de jouer en arrière pour gagner en vitesse. Je leur explique que quand on tire sur un élastique, il revient plus vite en avant. Je pose un élastique au poignet de chaque fille pour faire travailler leur mental de façon inconsciente.

Les filles m’interrogent, c’est pour faire quoi ? Quand va-t-on l’enlever notre élastique ?

Ma réponse : quand vous saurez appliquer la stratégie de l’élastique, Sarah, votre coach, vous l’enlèvera. Elles sont sceptiques, elles ont le droit c’est quand même un peu bizarre et nouveau.

Est que ça a fonctionné ? Je vous donnerai pour seule réponse, le cri de Sarah 10 jours plus tard dans les vestiaires à la fin du match gagné, Karine, plus besoin d’élastique, elles l’appliquent la stratégie.

Parfois, malgré le très bon travail du coach, du préparateur physique, notre corps ne veut pas faire quelque chose car c’est notre tête qui bloque pour une raison inconnue. Sans l’excellent travail du staff, je n’aurai pas eu le même résultat car elles s’entrainaient dur physiquement pour être au top mais le travail du mental permet d’accélérer le travail fait physiquement. Cela ne le remplace pas, cela vient le compléter. On ouvre une nouvelle porte, un nouveau chemin du possible. Ensuite, c’est vous qui faites le travail.

On retrouve la même chose en entreprise un  PDG, Directeur, DAF, DRH, collaborateurs….mais il existe des résistances, des peurs. Il faut comprendre le système de la personne et le système des personnes et proposer la bonne stratégie pour faire gagner en vitesse.  Alors, êtes-vous prêt à aller de l’avant plus vite ?

Performance et réussite humaine

Nombreux sont les sujets sur la performance et la réussite au cœur de toutes les préoccupations. Il est vrai que l’on parle facilement de ce sujet au niveau scolaire mais plus difficilement au niveau personnel ou professionnel. Et pourtant….la performance et la réussite sont des sujets quotidiens tout au long de la vie.Il est vrai que celles mises en avant sont souvent celles exceptionnelles de certaines entreprises types start-up ou multi nationales, ou autres champions sportifs médaillés olympiques et autres personnes ayant une forte notoriété.

Je vous invite à vous poser la question qu’avez-vous déjà réussie dans votre vie personnelle et professionnelle?

Je ne connais aucun champion qui a gagné de médailles d’or sans entrainement et apprentissage afin d’améliorer ses performances.

L’école nous apprend un certain nombre de choses afin de nous rendre plus aisés notre vie afin de poursuivre notre expérience pour être plus performant sur ce que l’on souhaite.

Je connais beaucoup de personnes qui chaque jour travaille pour donner le meilleur d’eux-mêmes et améliorer certains éléments de leur vie au quotidien.

Chacun choisit son domaine à améliorer: son niveau d’anglais, sa mémoire, la gestion de son stress, sa communication, sa sérénité, son apparence physique, sa musculature,son alimentation…….

On le fait tous plus ou moins consciemment. Il faut savoir que le faire consciemment avec certaines techniques permet d’atteindre ses objectifs, de réaliser ses rêves ou de réussir peu importe l’appellation que vous donner à ce qui vous fait avancer chaque jour vers cet objectif personnel ou professionnel.

Alors encourageons nos enfants à dire leurs rêves, leurs objectifs car cela les rend plus performants et facilitera l’atteinte de leurs objectifs.

Il n’y a pas d’âge pour réaliser ses projets:  celui d’avoir son bac, celui de créer son entreprise, celui de se marier, celui de faire un voyage, celui d’acheter une maison, celui de monter sur scène, celui de faire un exploit sportif…..

Chaque jour nous contribuons à l’amélioration de nos performances et à notre réussite. La seule chose qui change dans le temps c’est qu’après avoir choisi son école, on peut choisir la personne qui nous accompagne à continuer le chemin en fonction du besoin que l’on a défini afin de l’atteindre plus vite.

Le changement, ça se passe comment?

C’est regarder en face ce qui ne va pas et chercher des solutions pour améliorer la situation. Cela part souvent d’un constat « ça ne va pas ! », d’une douleur « je ne le supporte plus », d’un  état d’être « je suis épuisé ».

Alors pourquoi changer ce n’est pas si facile que cela ? Souvent parce que l’on a peur de ce que l’on ne connaît pas, de ce qui est nouveau. Cela nous paraît plus facile de faire comme tout le monde. Changer, c’est aller vers l’inconnu ou l’un connu.

Et si je changeais ?

– Je prendrai le risque d’améliorer ma situation personnelle, professionnelle : C’est vrai, c’est risqué !

– J’apprendrai à communiquer avec mon entourage : plus de quiproquos, plus besoin de parler!

– Je réglerai ce truc qui me pose problème : je n’aurai plus de problème, je ferai quoi ?

– Je serai moins stressé : je vais être plus efficace et avoir plein de temps, pour faire quoi ?

NON, non pourquoi prendre un tel risque. Le monde n’est pas parfait, je ne suis pas parfaite et la perfection n’existe pas.

OUI, oui c’est pourquoi on peut se donner de la chance. Il est possible de s’accepter avec ses qualités et ses défauts pour s’offrir la meilleure version de soi-même chaque jour.

Je pourrai vous écrire un roman sur les histoires des personnes qui ont choisies de se faire aider sur leur chemin personnel et professionnel, mais le mieux,  c’est de le vivre vous-même.

Facile de changer ?

Changer qui ? l’autre ou moi. changer quoi  ? la situation ou ma situation.

Est-ce difficile de changer ? A cette question , je répondrai par une question : Est-ce facile de vivre une situation inconfortable ?

Dans le premier cas vous mettez en place des actions pour apporter des améliorations dans l’autre cas vous regarder le chantier en vous disant : je n’y arriverai pas tout seul.

Je suis l’architecte du chantier de votre changement. Je vous aide à définir le projet et à mettre en place les actions nécessaires à votre sérénité.

Le changement, c’est comme plonger. Quand on ne sait pas nager, qu’on sait nager mais qu’on ne le fait pas souvent ou que les conditions sont difficiles. C’est plus facile quand on est guidé par une personne dont s’est le métier.

Alors on se jette à l’eau en changeant ce qui doit l’être.

Se connaitre pour mieux s’orienter et entreprendre ses projets de vie plus sereinement

Un recruteur passe en moyenne 30 secondes pour lire un CV. Il n’est pas joueur, il n’est pas devin. Il a peu de temps et doit être très efficace. Il recherche l’information qui correspond au poste à pourvoir (compétences, expériences, diplômes). S’il trouve l’info, il sélectionne la personne, s’il ne trouve pas, il zappe. A l’époque du numérique et de l’écologie du papier votre CV est encore plus vite une denrée périssable. sa durée de vie est limitée à quelques secondes après l’ouverture de la pièce jointe à votre dossier de candidature. Il est rarement conservé dans les entreprises qu ne sont pas organisées pour gérer ses flux d’informations. Celles les entreprises de service en recrutement gèrent ses données mais elles ne les mettent pas à jour si vous n’avez pas d’autres contacts avec eux.

Alors oui, vous de l’autre côté de l’écran vous avez espoir que ce courrier vous apporte le fameux sésame pour l’entretien mais avant cela il faut être compris de façon très efficace.

C’est une période ou la confiance du candidat est mise à épreuve:

– Que sais je faire?

– Que vais-je pouvoir faire?

En tant qu’ancienne DRH qui n’a pas oublié qu’elle a été en recherche d’emploi, je sais à quel point cette démarche est difficile et très souvent lié à un changement subit au lieu d’être choisi.

Ce n’est pas les recruteurs ou futurs employeurs qui peuvent vous aider à trouver ces réponses et pourtant il est essentiel de savoir y répondre avant de vous mettre à rédiger votre CV. Bien sûr la mise en forme du texte, la photo et un certain nombre d’éléments impactent les résultats de la compréhension de votre CV. C’est un outil de communication. Vous trouverez un certain nombre de trames proposées afin de vous guider dans le contenu à y faire figurer. Cependant la vraie finalité est bien de montrer votre savoir-faire et d’orienter la compréhension du poste recherché qui correspond à votre aptitude et vos compétences. C’est cette partie la plus difficile quand on doute de soi. C’est pourtant celle qui fait toute la différence entre un candidat et un autre. Il va être compris à l’écrit et ensuite lors de l’entretien car il sait qui il est et où il veut aller. Ce sont les questions essentielles auxquelles il faut trouver les réponses avant même de rédiger son CV et de l’envoyer à une annonce. Vous gagnerez à être compris. Vous enverrez votre CV aux entreprises qui correspondent à votre profil. Vous ne vous épuiserez pas en partant dans toutes les directions. Enfin, lors de la phase de l’entretien, vous serez expliquer votre parcours et votre motivation car cela sera issu d’une réflexion et d’une carrière choisies et non fruit du hasard.

Alors qui êtes-vous? et où voulez-vous aller?

Si c’est trop compliqué de répondre à ces 2 questions, faites vous aider. Nombreux sont ceux qui viennent me voir et sont surpris après une séance. J’aide à faire le point sur ses acquis de carrière et à se projeter vers l’avant en sachant vers où et avec quelle stratégie. Je lève les craintes et accompagne le changement. Je connais les entreprises, leur méthode de recrutement et le marché de l’emploi. J’ai eu de nombreux retours de personnes qui me rappelait une semaine où 15 jours après m’avoir vu en me disant: “je n’y croyais plus, je pensais que cela allait prendre du temps et j’ai trouvé un travail”. J’accompagne à la prise de conscience de votre talent, de ce qui vous motive afin de cheminer vers là où vous serez à votre place.

 

Le meilleur outil, c’est l’homme

Nous avons industrialisé nos entreprises, informatisé, sécurisé financièrement et tout cela afin de les optimiser. Alors, vivons dans notre temps, optimisons le meilleur outil “l’être humain”. Nous sommes bien conscients que la mécanique de notre voiture s’entretient, que parfois il faut changer des pièces apportées des améliorations. Alors pourquoi n’acceptons-nous pas que nous être humain apprenons chaque jour et de ce fait que nous nous optimisons. Le cerveau se muscle. On lui apprend à l’école à avoir des automatismes afin de faciliter la prise de décision. Cependant, il arrive parfois qu’un grain de sable vienne bloquer un engrenage. Il faut alors trouver une nouvelle façon de faire, un nouveau chemin. Bien évidemment, cela demande des efforts. Contrairement à ce que l’on fait naturellement et inconsciemment comme respirer, marcher demande une mise en action des muscles et une prise de décision du chemin à parcourir. Alors si votre entreprise est dans une plaine avec un environnement naturel très présent autour, cela devrait être plus facile que si vous avez choisi de propulser votre entreprise en haut de la montagne. L’effort n’est pas le même, le temps que cela peut prendre est différent. Cependant, je ne connais personne qui gravit une montagne sans l’avoir décidé et s’être préparé et entraîner. Et vous, quelle montagne avez-vous décidé de gravir? Quelles sont les personnes avec qui vous avez choisi de vous encorder?

Je rencontre des chefs d’entreprises fatigués, stressés. Ils ont tous un point commun. Ils sont mal entourés et ne se font pas aider. Et si la solution est de jouer équipe. Il y a bien un manager, un entraineur, un préparateur……. et des joueurs pour faire gagner une équipe.

Qui gagne?  celui qui marque le but? Ou l’ensemble de cette équipe qui a permis la préparation, l’entrainement, la stratégie et la passation du ballon jusqu’au but adverse. Parfois même, c’est un bon adversaire qui nous a permis de nous améliorer et de devenir cet homme plus fort. Alors acceptons telle la méthode “Kaizen” de nous améliorer un peu chaque jour et de mesurer cette amélioration de notre performance.

Mieux qu’hier, moins bien que demain”.